J’ai décidé de continuer à vous présenter des événements ou des journées particulières, parfois connus, parfois méconnus, chaque mois. Dans cet article, je vais vous présenter la journée de l’abolition de l’esclavage. 


Qu’est-ce que l’esclavage? Selon le dictionnaire Le Robert, l’esclavage se définit de deux façons:

1.Esclavage moderne, situation où une personne est contrainte de servir quelqu’un, en étant privée de ses droits et de sa liberté.


2.Soumission à une autorité tyrannique.


Comme mentionné plus haut, l’esclavage est le fait d’obliger quelqu’un à rendre un « service » à une personne sans être payé et dans des conditions très peu vivables.


La journée de l’abolition de l’esclavage

Malheureusement, l’esclavage est encore pratiqué, la confection de vêtements et le mariage forcé en sont des exemples. La journée internationale commémore la Convention pour la répression et l’abolition de la traite des être humains et l’exploitation de la prostitution d’autrui des Nations Unies. L’objectif de cette journée est d’éradiquer et de sensibiliser les formes modernes d’esclavage telles que l’exploitation sexuelle, le travail des enfants ou encore le recrutement forcé des enfants dans l’armée. 


L’esclavage moderne 

L’esclavage aujourd’hui n’est plus ce qu’il était autre fois, il a évolué de façon différente. Certaines formes d’esclavage sont restées, d’autres sont disparues et d’autres sont apparues. Les droits humains des Nations Unies ont démontré la persistance d’anciennes formes ancrées dans les croyances et dans les pratiques traditionnelles. 


Travail forcé 

Le travail forcé se définit par un travail fait contre son gré et par une menace d’un être supérieur. Lorsque des personnes sont contraintes de travailler sous recours de violence, d’intimidation, de manipulation de dettes, de menaces sur la rétention de papiers d’identité ou de menaces de dénonciation aux autorités migratoires, on parle ici de travail forcé. 


Le travail des enfants 

Les enfants (en bas de 14 ans) ne sont pas censés travailler, ils doivent aller à l’école, mais sur la planète, plus de 150 millions d’enfants sont obligés de travailler. Cela représente plus d’un enfant sur dix. Par exemple, dans ma classe, on est 33. Cela voudrait dire qu’environ 3 ou 4 élèves devraient travailler. Le droit de l’enfant reconnaît qu’il: « a le droit d’être protégé de l’exploitation économique et de tout travail susceptible d’être dangereux ou d’interférer avec son éducation. » 


Attention, tout travail n’est pas illégal. Les tâches qui se limitent à aider des parents à la maison, dans l’entreprise familiale sous certaines conditions, à garder des enfants ou,  à partir de 14 ans, à avoir un travail qui ne perturbe pas l’éducation ne sont pas considérées comme du travail pour enfants. Par contre, si l’enfant fait un travail qui le prive de son enfance, de son potentiel, de sa dignité, de sa scolarité, de sa santé, de son développement physique et mental, là, c’est illégal. 


La traite d’êtres humains 

L’expression « traite de personnes » définit le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes forcées par la menace ou la force ou à d’autres formes d’obligations, comme l’enlèvement, la fraude, la tromperie, l’abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiement.  


L’exploitation 

L’exploitation comprend, au minimum, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitations sexuelles, le travail ou les services forcés, l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes.


L’esclavage est horrible, terrifiant et tellement inutile. Il va prendre beaucoup de temps avant de disparaître complètement. Comme je l’ai décrit dans le texte, il en existe plus d’une sorte, plus d’une façon de vivre de l’esclavage, toutes plus horribles les unes que les autres. Nous devons parler pour ceux qui le subissent, nous devons le dénoncer et, peut-être qu’un jour, l’esclavage cessera.


Source: 

Nations Unies (un.org)