La santé mentale… un sujet fragile non ? Pourtant, ce ne devrait pas l’être. Depuis la sortie du journal au collège, j’ai eu envie d’écrire sur la santé mentale, mais je ne l’ai pas fait, car je n’avais pas les bons mots. Maintenant, dans le contexte de la semaine de la santé mentale, je crois que je les ai peut-être trouvés. 


Depuis toujours, j’ai vu et entendu des gens autour de moi considérer les troubles de santé mentale en tant qu’adjectif, considérer les personnes atteintes comme faibles. Pourtant, ce n’est pas une faiblesse, mais bien une réalité́ naturelle à laquelle nous faisons de plus en plus face. Un Canadien sur cinq fait, ou va faire face à la maladie mentale au cours de sa vie. Nous, les humains, sommes des êtres complexes, ayant chacun nos bonheurs et problèmes. Une bonne fois pour toutes, déstigmatisons les troubles psychologiques. Ce ne se fera pas du jour au lendemain, mais il me hâte que l’on puisse aborder ce sujet sans créer de malaise. La stigmatisation de celle-ci a des conséquences dévastatrices.


Aussi, il est très important de ne pas mettre d’étiquette aux personnes atteintes. Nous avons tous un prénom après tout! Puis ce n’est pas parce qu’une personne est mince qu’elle est anorexique; ce n’est pas parce qu’une personne s’emporte qu’elle fait une crise de panique; ce n’est pas parce qu’une personne est émotive qu’elle est bipolaire; ce n’est pas parce qu’une personne perd souvent ses clés qu’elle a un TDAH; ce n’est pas parce qu’une personne est plus triste durant une période qu’elle est en dépression ! Un trouble de santé mentale est quelque chose d’extrêmement lourd et douloureux à porter et ce n’est pas quelque chose à prendre à la légère.


Comme pour tous les préjugés, il faut apprendre à se demander nous même qu’est-ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas, en premier, à la place de laisser les pensées des autres influencer la nôtre. La première chose à faire est de s’informer, autant auprès des personnes fiables que sur des sites web. (Et ça aussi, ça doit être fiable ! Mettons, ne va pas sur le blog de matante Ginette pour t’informer sérieusement!) De plus, ça ne devrait pas être une honte d’aller chercher de l’aide. Parfois, nous en avons tellement lourd sur les épaules qu’il est aidant d’en parler à quelqu’un. Saviez-vous que même les professionnels en santé mentale ont recours à des thérapies ? 


Puis, un petit message pour toi, qui me lit derrière ton écran: tu as le droit de ne pas te sentir bien. C’est totalement normal et correct. Des petits bobos, on en a tous et ça ne sert à rien de vouloir les dissimuler derrière un sourire. Si tu as besoin d’aide, ne te gêne pas pour aller en chercher. Tu es valable et en aucun cas tu ne vas le regretter, car ça ne peut qu’être bénéfique. Peu importe qui tu es et avec quoi tu as de la difficulté, je suis fière de toi ! 


Sur ce, bonne semaine de la santé mentale!