À toi, mon cher étudiant ou ma chère étudiante du collège d’Anjou qui lira mon texte et qui se sentirait interpellé(e). J’espère que tu sauras y trouver un peu de réconfort.


Je constate qu’un nombre élevé d’entre vous sont de plus en plus stressés ou anxieux par rapport à leurs études. Certains sont capables de s’en sortir de manière autonome, mais la plupart s’enfonce tranquillement. Tu te sens parfois surchargé de devoirs, de travaux, d’examens malgré ta bonne organisation et ta préparation adéquate. Tu as le désir de constamment « performer ». Par moment pour les bonnes raisons, mais d’autres fois, tu souhaites performer pour te comparer à tes pairs, pour répondre à la pression de tes parents et leur plaire d’une certaine manière, par peur de l’échec ou tout simplement parce que tu ne t’accordes pas le droit d’échouer. Je te dis bravo si tu es capable de maintenir le cap de cette façon, c’est tout à ton honneur. Cependant, je sais que ce n’est pas le cas pour tous. Pour certains, tout ce stress accumulé mène à un blocage devant un examen. Pour d’autres, ce sont des crises de panique de plus en plus fréquentes ou même de la détresse psychologique.


Si tu es capable d’en parler à tes parents, tes amis ou à une personne significative pour toi, je te félicite, ce n’est pas facile de parler de nos problèmes de santé. Par contre, si tu vis avec cela dans la solitude comme plusieurs autres, je te comprends également. Je ne suis pas en train de te dire que c’est le meilleur choix, mais je te comprends. Tu as tes raisons d’agir de la sorte et je les respecte. Peu importe celles-ci, vas-y à ton rythme. La seule chose que je peux te suggérer, c’est d’en parler tôt ou tard, si tu trouves que tes problèmes de santé prennent plus de place de jour en jour.


Tu sais, je comprends aussi que l’école, c’est important pour toi et que tes résultats détermineront ton avenir d’une certaine manière. Mais parfois, je te trouve dure envers toi-même… tu juges un 80 % comme étant un mauvais résultat ou qu’une moyenne de 85 % n’est pas suffisante… Je comprends que tu vises l’excellence. En revanche, je me questionne si ce que tu vises doit se faire au détriment de ton bien-être physique et mental. Je crois que tu pourrais peut-être te poser davantage ces questions. Est-ce que mes résultats scolaires sont plus importants que ma santé mentale ? Est-ce que je me sens de plus en plus épuisé au fil que l’année avance ? Je sais que tout ceci n’est pas simple et que c’est souvent plus fort que toi, mais je crois également que tu es capable de comprendre mon point de vue.


Ce que je tenais surtout à te dire c’est que je ne te jugerai jamais sur tes aspirations. Tout ce que je te souhaite, c’est que tu fasses attention à toi et à ta santé. Que tu profites un peu de ta jeunesse aussi. Ça ne veut pas dire de « foutre » tous tes efforts en l’air. Mais plutôt de trouver un équilibre sain dans ta vie. De mettre tes études en priorité, mais de ne pas oublier les autres choses essentielles à la vie d’une jeune personne que tu es. Il faut que tu gardes un peu de temps pour ta famille, tes amis, tes intérêts, tes activités et ta santé aussi. Je sais, ce n’est pas facile depuis un an…mais quand même, tu es encore jeune, il y a encore pleins de belles années devant toi.


Le monde adulte qui t’attend ne sera pas de tout repos et tu contribueras à ta façon, à la société dans laquelle tu évolueras. Ton désir de performer sera peut-être encore présent et même une qualité requise pour ton travail. J’espère que d’ici là, tu auras appris à lâcher prise un peu et que tu réaliseras que ta valeur, ne se mesurera pas avec une note.