Depuis plus de deux siècles, des navires, des avions, des hélicoptères et d’autres moyens de transport ont traversé les océans. Bien entendu, il y a des régions qui causaient plus de problèmes aux pilotes et aux capitaines que d’autres, mais il y en a une qui a tout particulièrement marqué l’histoire, celle du triangle des Bermudes. Pour beaucoup, ce secteur de l’Atlantique est maudit et touche le surnaturel. D’un autre côté, plusieurs professionnels estiment que la situation géographique ne serait pas la cause de ces disparitions et que ce serait le hasard qui aurait fait les choses. Mais sinon, pourquoi la majorité des personnes et marchandises qui seraient passées par là auraient disparu? 


Une fois de plus, c’est un mystère qui intrigue autant les petits que les grands.


Le triangle des Bermudes – C’est quoi?

Premièrement, la principale raison pour laquelle on appelle cette portion de l’Atlantide ainsi, c’est parce qu’elle relie en quelque sorte la ville de Miami en Floride, l’archipel des Bermudes et la ville de San Juan à Porto Rico. Bien que cela fait des siècles qu’il y a des disparitions, c’est surtout vers 1950 que les rumeurs ont commencé à proliférer des histoires sur cette zone mystérieuse.


Première partie des hypothèses: Des légendes urbaines


Hypothèse 1: Les vagues scélérates

Tout d’abord, il faut savoir que peu d’indices concrets existent nous prouvant que le triangle des Bermudes, aussi appelé le triangle du Diable, tirerait de la science-fiction comme les extraterrestres. Contrairement à ces hypothèses farfelues, la science nous explique, entre autres, que la fameuse zone du triangle du Diable n’aurait aucun lien avec les nombreuses disparitions et les accidents passés depuis le tout début. La raison nous dicte que l’erreur humaine en est la majeure cause et que les conditions météorologiques ne permettent pas aux aventuriers d’améliorer leur sort.


En effet, une récente hypothèse scientifique expliquerait en partie ces « conditions météorologiques » . Cette théorie consiste à ce que d’énormes vagues appelées «vagues scélérates» prennent par surprise les matelots ou les voyageurs aériens les menant alors vers leur perte.


Ce qui est intéressant dans la formation subite de ces vagues, c’est qu’elles ne se forment pas comme les tsunamis à partir d’un tremblement de terre, mais bien en se « rassemblant » pour créer d’immenses vagues pouvant atteindre 60 mètres de haut, soit environ 3 fois la maison blanche à Washington, mais allant généralement jusqu’à 30 mètres.


Depuis 1995, ces « monstres marins » étaient considérés comme un mythe. Cependant, cette année-là, un événement s’est produit et en a convaincu plusieurs sur l’existence de pareilles vagues. En effet, la vague Draupner allant jusqu’à 19 mètres de haut a été détectée par un satellite il y a quelque temps.


Toutefois, ce n’est pas la hauteur qui est si unique aux yeux des spécialistes. En vérité, c’est leur force qui les rend si dévastatrices qui les intéresse.


 Par exemple, une vague de 12 mètres de haut exerce une force d’environ 0,5 tonne métrique par mètre carré, tandis que les vagues scélérates déploient 9 tonnes métriques par mètre carré. D’après plusieurs professionnels, ce serait en partie pour cette raison que les navires auraient été menés vers le fond de l’océan aussi rapidement. Alors que les scientifiques pensaient que ces vagues étaient uniques, ils se rendent de plus en plus compte qu’elles sont assez fréquentes partout dans le monde, mais surtout dans la zone du triangle du Diable. L’existence des vagues scélérates expliquerait également pourquoi les bateaux n’enverraient pas des signaux de détresse, ce serait parce qu’ils n’auraient pas le temps de le faire.


Toutefois, cette théorie ne toucherait pas nécessairement les avions. 


Hypothèse 2: Les gaz méthane

Une autre thèse toucherait les gaz méthane. En effet, ces gaz feraient en sorte que les avions et les bateaux perdraient toutes notions géographiques. La fameuse zone est l’une des seules au monde où les boussoles ne pointent pas le Nord, ni sur les bateaux ni dans les avions. Plusieurs scientifiques croient que ces gaz pourraient « attirer » les bateaux ainsi que les avions dans l’océan d’une manière assez unique.


 Le fait est qu’ils se retrouvent surtout sous le triangle du Diable, là où il y aurait d’énormes réservoirs de méthanes sous forme gazeuse. Si on suit cette hypothèse, lorsqu’ils s’échapperaient, ils pourraient causer des disparitions subites prenant alors les malheureux par surprise.


Mais comment fonctionnent les bulles de méthane dans l’océan?


Plusieurs avancées scientifiques pourraient nous expliquer ce phénomène mystérieux.


 En premier lieu, le réchauffement climatique n’améliorerait pas ces conditions étranges. En effet, le réchauffement climatique ferait en sorte qu’il y aurait une accumulation de méthane et donc, que les chances que les réservoirs explosent seraient d’autant plus grandes.


 Par exemple, en Arctique, les gaz jusqu’ici sous forme de glace se trouvent maintenant sous forme gazeuse, créant par le fait même des trous dans les sols ou des cratères. C’est dans cette même optique qu’il n’y a pas si longtemps, il y avait plusieurs dolines (d’immenses trous qui semblent sortir de nulle part) en Sibérie. 


C’est entre autres cette découverte qui a mis la puce à l’oreille des chercheurs. 


Donc, si je reprends mon explication, plusieurs scientifiques croient que ce phénomène se produirait dans le triangle des Bermudes. Les émanations de méthane diminuent la densité d’eau, pouvant alors créer des trous dans la mer qui entraîneraient les malchanceux qui passeraient par là. Cependant, vous vous demandez sûrement comment ces trous pourraient entraîner des avions également. Une des hypothèses scientifiques expliquerait que la présence concentrée de méthane dans l’air pourrait entraîner des turbulences dans l’atmosphère, rendant alors la navigation ardue et peut-être mener les avions à disparaître.


Un exemple qui soutiendrait ces explications a été soulevé au début du 2ie siècle. 


Cela concernerait un chalutier qui aurait été retrouvé dans un immense cratère sous-marin connu sous le nom du Trou de la sorcière (Witch Ground) ayant des dimensions autour des 120 mètres de surface. L’une des particularités de cette région sous-marine est qu’elle est tailladée par des bassins argileux qui causeraient l’éclatement d’anciens réservoirs de gaz. 


Je me dois de mentionner que le bateau avait été retrouvé à la verticale sans grands dommages. Certains observateurs ont fait remarquer que c’était comme si le bateau avait été aspiré dans le « cratère sous-marin » et qu’il s’était refermé sur lui, un peu comme une plante carnivore attrape ses proies… 


Autres possibilités

D’autres hypothèses, certes possibles, ont été envisagées, mais généralement, elles n’avaient pas autant de preuves pour en être considérées comme cause probable des mystérieuses disparitions qui se produisent dans le triangle des Bermudes. Par exemple, certaines rumeurs accuseraient des pieuvres géantes, des extraterrestres, des vortex, des trous dans le temps d’en être la cause. Ces hypothèses vous seront expliquées plus en détail dans l’article intitulé: « Le mystère du triangle des Bermudes, partie 2 », qui sera disponible à la prochaine édition.