Jake tournait et tournait encore dans son bureau. Un détail le chiffonnait. Habituellement, les enquêtes sur des disparitions n’étaient pas pour lui. Karim et Hug étaient bien plus ancrés dans ces affaires-là que Lauren et lui. Jake aimait bien ce type d’enquête, mais en tant qu’analyste. Il restait au bureau et essayait de recoller les morceaux envoyés par ses collègues.


Lauren adorait les déguisements, elle s’était infiltrée et savait agir adéquatement lors de situations sans paraître nerveuse ou anxieuse. C’est la raison pour laquelle Mr. Roberts les avait choisis.


Lauren arriva au bureau de son coéquipier tôt le lendemain matin. Jake arrivait de bonne heure et partait tard pour avoir le loisir de préparer tranquillement ses choses sans être pressé.


Elle entra et fut surprise par l’amoncellement de papiers en tout genre dans un gros carton. Jake était méticuleux, chaque objet devait avoir sa place. Ses crayons étaient placés dans un pot à crayon, chacun un demi-centimètre d’écart. Les dossiers classés par importance et sa tenue toujours impeccable, et ce peu importe le jour, ses cheveux tirés à quatre épingles et une montre Daniel Wellington assortie à sa tenue journalière.


Tenue composée d’une chemise, toujours blanche, avec une cravate ou un nœud papillon, selon le jour, ainsi qu’un gilet et une veste assortis à la monture de ses lunettes rondes.


Lauren s’avança lentement vers Jake qui ne l’avait pas encore entendue. Les plans sur le bureau montraient la ville de Londres en grand. Des traits rouges parcouraient les rues et certains bâtiments étaient même entourés.


– Roberts m’a donné de nouvelles informations. Le directeur de l’école suspecte un couple de vieux, des voisins de l’école qui pourraient se rendre le midi dans la cour d’école pour les capturer, annonça Lauren d’une voix sans appel. La femme travaille en tant qu’enseignante. La femme pourrait très bien inviter ses élèves à sortir plus tôt dans la cour et avec l’aide de son conjoint mettre de l’adhésif sur leur bouche pour les empêcher de crier et les transporter dans un endroit inconnu.


Jake connaissait cette voix et ne répliqua pas.


– On va commencer par rencontrer le directeur de l’école, puis nous irons voir les vieux en tant que nouveaux voisins du deuxième, continua Lauren.


– Ce que nous serons puisque j’ai loué un appartement dans le même immeuble que le couple, dit nonchalamment Jake en faisant tourner un stylo entre ses doigts.


– Mais comment as-tu réussi? Ça fait deux jours que j’essaie.


– Je ne divulguerai pas mes secrets, ma chère, ce ne serait plus du jeu!


[§]

Le lendemain, les deux futurs professeurs se préparaient pour leur entretien d’embauche. Jake avait son rendez-vous tard dans la matinée, alors que celui de Lauren était vers 9h.


Sans paraître achalants, les deux enquêteurs essaieront de tirer les vers du nez du directeur. Ils iront, par la suite, rendre visite à leurs voisins du premier, les O’Connor.


Aucun résultat positif de la part de Lauren. Elle fut engagée, mais aucune information n’avait été discrètement subtilisée de la part du directeur. Elle conseilla aussi à Jake de ne pas tenter les mêmes techniques qu’elle. Cela pourrait mettre la puce à l’oreille du directeur, même si Lauren en doutait fortement au vu de la qualité de son rendez-vous.


Jake se dirigeait vers l’école. Son entretien débutait dans quelques minutes. 


– Bonjour, salua Mr. Smith, le directeur, avec un demi-sourire.


Les présentations faites l’entretien débuta. Smith posait des questions sur le CV, ses études, etc. Il parlait également du métier, des tâches et responsabilités. Parfois le directeur, un peu gêné, posait des questions sur sa vie privée. Questions auxquelles Jake refusait de répondre.


De retour à son appartement, Jake alla tout de suite à la douche. Il comprit maintenant pourquoi Lauren l’avait fait quelques heures plus tôt. Le directeur diffusait dans sa salle une odeur d’ail et d’oignon. Pour éloigner les vampires, disait-il.


Des vêtements propres sur lui, Jake se fit un café noir et corsé. Lauren ne devrait pas tarder, elle était partie faire le tour des environs.


À suivre…