Ces deux lettres ouvertes ont été écrites dans le cadre du cours de français de cinquième secondaire de M. Latour. Merci à M. Latour et à ses élèves!


Portons des jupes !

Depuis plusieurs années, la façon de s’habiller chez les filles est devenue un problème pour les écoles : pas de chandail trop court, pas de jupe trop courte, pas d’épaules dénudées ou sinon une sanction sera imposée par l’établissement. Même si elles tentent une rébellion, ces malheureuses ne sont pas entendues. En d’autres mots, les filles scolarisées subissent à chaque jour une évidente inégalité quant à l’uniforme scolaire. C’est pourquoi, plusieurs jeunes garçons ont décidé de créer un mouvement par solidarité féministe, le port de la jupe. Je suis convaincue que ce mouvement est nécessaire pour abolir cette injustice.


En effet, ce mouvement est un moyen pour les garçons de démontrer aux établissements scolaires que leur façon de penser est totalement ridicule et qu’il est temps de la changer. Toutefois, comme l’a dit Guillaume, l’élève qui a lancé ce mouvement, « la société traite les femmes comme si elles étaient responsables des actions que les autres portent sur elles, alors que la réalité est bien différente ». De plus, le Canada est considéré comme un pays libre, alors comment cela se fait-il que les filles ne soient pas libres de porter ce qu’elles veulent ? Ainsi, puisque ces merveilleuses battantes ne sont pas écoutées, de courageux garçons ont décidé de les aider à mieux se faire entendre.


Pour conclure, ce mouvement créé par des garçons, est une façon de soutenir les filles face à cette inégalité qu’elles subissent tous les jours en lien avec leurs façons de s’habiller. Quoique ce soit une bonne idée, avons-nous besoin de nous rendre jusque-là pour permettre aux femmes de s’habiller comme elles le veulent ? Laissons les femmes vivre et soyons pour une fois vraiment un pays où chacun est libre de faire ce qu’il veut.


Imène Haddadou 502


______________________________________________________________________________

Le port des jupes utile?

Depuis le début du 20e siècle, les mouvements féministes ont œuvré pour avoir l’égalité entre les hommes et les femmes. Mais le mouvement « Me too » révèle qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. En effet, les femmes sont encore victimes de harcèlement à cause de leur habillement. Récemment, dans les écoles secondaires, on a vu des garçons soutenir les filles dans ce combat en portant des jupes. Je pense que, même si cet acte est positif pour lutter contre le harcèlement, il est aussi négatif, car les filles doivent comprendre qu’il y a des façons de s’habiller, selon le lieu et l’occasion.


Effectivement, depuis quelques semaines, partout au Québec les jeunes garçons portent des jupes pour combattre l’injustice présente dans les règlements scolaires des uniformes. Ainsi, cet acte féministe est pour dénoncer la longueur des jupes imposée aux jeunes femmes. C’EST POURQUOI JE PENSE QUE C’EST UN MOUVEMENT RIDICULE QUI DOIT ARRÊTER À L’INSTANT MÊME ! Cette protestation ne fait aucun sens : les deux sexes sont soumis à des règles mises en place pour avoir un milieu propre, professionnel et respectueux. Si les écoles partout au Québec commencent à laisser les adolescentes porter des jupes de la longueur de leur choix, certaines d’entre elles vont abuser des règles et on va commencer à voir le bas de leurs fesses. Aimeriez-vous aller dans une école qui n’est pas professionnelle ou sérieuse ?


Bref, même si les écoles ne sont pas la place pour des jupes trop courtes, les filles sont libres de s’habiller comme elles veulent, et elles ne doivent pas être victimes de harcèlement pour autant.


Zachary Boivin, 502