Souvent dépeinte comme débridée, la sexualité des adolescents n’est pas celle que l’on croit réellement être. L’arrivée d’internet et l’accessibilité à l’information (Qui, soit dit en passant, n’est pas toujours juste!) ont modifié le discours sur la sexualité des jeunes. En effet, souvent empreinte de préjugés et de jugement, la sexualité des adolescents laisse fréquemment place aux débats. Cela étant dit, lorsque l’on se penche sur les faits et les chiffres, il semble que la sexualité de nos jeunes adultes ne soit pas tellement différente de celle de leurs parents. C’est en effet ce que démontre l’enquête PIXEL, une étude menée par l’Institut National de Santé Publique du Québec (INSPQ) en 2014. Menée auprès de 3400 adolescents et jeunes adultes du Québec majoritairement âgés de 17 à 25 ans, cette enquête a permis de dresser un portrait des comportements de nos adultes en devenir. Du mythe à la réalité, cet article vous présente un tableau beaucoup plus juste que le portrait souvent divulgué dans les discours populaires.


Les jeunes sont sexuellement actifs beaucoup plus rapidement qu’avant.

Et bien non … Seulement 6% des jeunes auraient eu leur première relation sexuelle avant l’âge de 14 ans. Chez les 17 ans et moins ce serait 50% d’entre eux, alors que 95% des jeunes auraient eu leur première relation sexuelle avant 25 ans (INSPQ, 2014). Je me questionne sur le pourquoi de cette pensée populaire : est-ce l’accessibilité à la sexualité ou bien le sentiment que la sexualité est plus prédominante qu’elle l’est réellement? Ce qui est certain, c’est qu’un ensemble de facteurs influencent nos discours sur la sexualité des adolescents. Nous avons tous déjà entendu dans notre entourage quelqu’un parler de la sexualité des adolescents comme s’il s’agissait d’une sexualité hors nomes et complètement débridée. Il s’agit là d’un jugement très peu fondé, car les chiffres des enquêtes passées montrent que la tendance en termes de premières relations sexuelles se maintient depuis plus de 10 ans! En effet, l’Étude sur la santé dans les collectivités canadiennes conduite en 2003 illustre des chiffres semblables à ceux de l’étude de l’INSPQ conduite en 2014. En bref, contrairement à la pensée populaire : non les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas sexuellement actifs plus tôt qu’avant!


Les majorités des adolescents ont plusieurs partenaires sexuels au cours d’une année.

Faux! 21% des répondants à l’étude ont indiqué n’avoir eu aucun partenaire sexuel lors des douze derniers mois. De plus, 41% d’entre eux ont mentionné n’avoir eu qu’un seul partenaire sexuel durant cette même année (INSPQ, 2014). Il est également fréquemment sous-entendu que les adolescents qui sont sexuellement actifs le seraient dans le cadre de relations temporaires. Or, il s’agit encore une fois d’une perception erronée de la sexualité des adolescents puisque 79% des garçons et 86% des filles auraient des relations sexuelles dans un cadre amoureux. Il est donc faux de penser que les jeunes québécois auraient des relations sexuelles pour le simple fait d’avoir des relations sexuelles. L’implication émotive et le sentiment de bien-être prennent souvent une place importante dans leurs choix au niveau de leur vie sexuelle.


Très peu d’adolescents utilisent des méthodes contraceptives ou des moyens de protection.

Il s’agit là d’une affirmation souvent répétée dans les discours populaires. Dans les faits, une grande proportion de jeunes utilise diverses méthodes contraceptives et moyen de protection. Chez les jeunes femmes ayant répondu à l’enquête, 60% d’entre elles utilisaient la pilule contraceptive. Lorsqu’il est question du port du condom, 45% des jeunes hommes sexuellement actifs l’utilisaient. Attention! Bien que les statistiques soient encourageantes, il semble que les adolescents n’utilisent pas toujours de façon efficace les méthodes qui s’offrent à eux. C’est une chose de se protéger et d’utiliser des méthodes préventives, s’en est cependant une autre des les utiliser de façon efficace. En effet, les taux de réussite d’une méthode contraceptive varient selon l’utilisation qui en est faite. Par exemple, l’enquête de l’INSPQ (2014) constate que bien que le condom soit utilisé dans certains cas, dans 20% d’entre eux il est utilisé suite à une première pénétration. Il est vrai que la prévalence de certaines ITSS (Infections transmises sexuellement et par le sang) reste importante et que le travail de prévention et de promotion de la santé sexuelle se doit d’être poursuivi. Cela étant dit, les grands titres des journaux sont parfois trompeurs … sachez que nos adolescents sont tout de même conscients des risques liés à la santé sexuelle!


Loin d’être parfaite, la santé sexuelle des jeunes adultes continuent d’évoluer à l’air du temps. Plusieurs autres mythes liés à la sexualité de nos jeunes pourraient être déconstruits et relativisés de cette manière. Bien que certains aspects n’aient pas complètement changés, certaines composantes de la vie sexuelle et relationnelle de nos jeunes ont dû s’adapter à la réalité actuelle. En effet, la façon de rencontrer, la diversité sexuelle et de genre, la prévalence de certaines ITSS ainsi que l’accès aux services de soins de santé sexuelle sont tous des composantes qui ont évoluées énormément dans les dernières années. Plusieurs de ces changements vont de pairs avec d’autres évolutions sociales majeures : le développement des réseaux sociaux et des applications de rencontre, l’accessibilité facile à la pornographie, l’hypersexualisation des jeunes filles, la recherche scientifique et le développement de la médecine, la diversité et l’ouverture d’esprit en sont quelques exemples.


Maintenant obligatoire dans toutes les écoles du Québec depuis septembre 2018, l’éducation à la sexualité permet de prévenir, de promouvoir et d’éduquer nos jeunes à une santé sexuelle saine. C’est en posant certaines réflexions et en se questionnant sur nos valeurs et nos besoins qu’il nous est possible de faire des choix sains pour soi. En espérant désormais que lorsqu’une personne de votre entourage portera un jugement généraliste sur la sexualité des adolescents vous serez en mesure de les déconstruire à votre manière!